La lenga d’Òc

Lo tèrme Lengadòc aparéis dins d’escriches oficials, pel primièr còp, al sègle XIII ; una formula emplegada per los fonctionaris del rei per parlar de las tèrras onte se disiá « òc » per dire « oui » en oposicion a las provincias del nòrd onte se parlava los dialèctes d’oïl. La mescla del gallès e del latin vulgar aviá balhat naissença ( a l’entorn de l’an Mil) a n’aquelas doas brancas del galloroman. La lenga d’Òc èra parlada al sud d’una linha passant al nòrd del Massís Central. L’occitan èra compausat de mantunes dialèctes : lo gascon, lo lemosin, l’auvernhat, lo provençal e lo lengadocian.

La lenga d’Òc es subretot la lenga dels trobadors del sègle XII e XIII. Los Senhors s’enrodavan d’aqueles poètas capables de crear poèmas e cançons en omenatge per lors òstes. Celebran mai que mai las amors d’una Dòna e de son amorós. Un vertadièr còdi de l’amor cortès se bota en plaça. Dins la literatura occitana, lo satir, lo sirventès, poèsia politica e engajada jogan un ròtle essencial a partir de la crosada albigèsa.

E, aquò’s, justament, amb aquela crosada contra los Catars (Albigèses) que s’entamena l’aflaquiment de la lenga e de la cultura occitanas , tre 1207 (darnièrs lenhièrs a Montsegur en 1244). Aprèp lo sètge de Tolosa en 1218 e la mòrt de Raimon VII, lo Lengadòc, independent fins alara, es incorporat a la França. En 1539 Francès lo primièr impausa l’emplec del francès dins totes los actes de justicia ( edit de Villers-Cotterets), de mai los progrèsses de l’estampariá tre 1476 ajudan a l’espandiment de la lenga francèsa.



La langue d’Oc

C’est au treizième siècle que le terme Languedoc apparait pour la première fois dans les écrits officiels ; une formule employée par les fonctionnaires du Roi pour désigner les terres où l’on disait « oc » pour dire « oui » en opposition aux provinces du nord où l’on parlait les dialectes d’oïl. Le mélange du gaulois et du latin vulgaire avait donné naissance (autour de l’an Mil) a ces deux branches du gallo-romain. La langue d’oc était en usage au sud d’une ligne passant au nord du Massif Central. La langue d’oc était composée de plusieurs dialectes : le gascon, le limousin, l’auvergnat, le provençal et le languedocien.

La langue d’oc est avant tout la langue des troubadours des douzième et treizième siècles. Les Seigneurs s’entouraient de ces poètes capables de créer poèmes et chansons en l’honneur de leurs hôtes. Ils célèbrent le plus souvent les amours d’une Dame et de son soupirant. Un véritable code de l’amour courtois se met en place. Dans la littérature occitane, la satyre, le sirventès, poésie politique et engagée, jouent un rôle essentiel à partie de la croisade contre les albigeois.

Et c’est justement avec cette croisade contre les cathares (albigeois) que le déclin de la langue et de la culture occitanes commence, a partir de 1207 (derniers bûchers à Montségur en 1244). Après le siège de Toulouse en 1218 et la mort de Raymond VII, le Languedoc, indépendant jusque là, est incorporé à la France. En 1539 François 1er impose l’emploi du français dans tous les actes de justice (édit de Villers-Cotterêts), de plus les progrès de l’imprimerie dès 1476 aident à la diffusion de la langue française.



© Tous droits réservés - 2013 - "Lo Sauta Ròcs"