Les personnages marquants de la commune



Cliquez sur les noms pour accéder directement au paragraphe voulu
Claude de Narbonne-Caylus
Jean Raymond
Le Doyen Sardinoux
Henri Spiser
Emile Segui
Irénée Martin
Evariste Beziat
André de Robert
Claude Abbes


Claude de Narbonne-Caylus

Filh de Jean de Narbonne et de Béatrix de Caylus, Claude de Narbonne-Caylus ven baron de Faugièiras et de Lunas en 1534, aprèp la mòrt de son paire, puèi de Ròcassels, dètz ans mai tard, per son maridatge amb Marquise de Gep.

Claudi participèt a totas las guèrras de religion, al cap de las tropas uganaudas siaguèt un capitan redobtable e fòrça crengut, considerat per los cronicaires d’aquel temps coma l’un dels melhors capitans uganauds del miègjorn. Es estat la terror dels catolics d’Erau e d’Auda, e, pasmens, a Lunas coma a Faugièiras los catolics visquèron, e se son demorats alunhats de las cargas municipalas importantas, son jamai estats maltractats. Claudi siaguèt assassinat dins son castèl de Lunas en 1578, los assassins avent beneficiat de la complicitat de Beatrix de Caylus.

La familha de Faugièiras demorèt fidèla a la Rèforma, lo filh e la femna de Claudi de Narbonne-Caylus son uganauds e lo linhatge tot, fins a 1685, demorarà imbrandablament uganaud. Al endeman de la revocacion, lo reire-felen de Claudi, lo baron Pèire de narbonne-Caylus, se despatriarà en Prussa amb femna e enfants. I a aladonc una tradicion religiosa solidament establida dins la familha. La cadena es facha d’anels solids, Claudi es lo primièr d’aqueles anels.
(Sorga : Faugères en biterrois, d’Emili Segui)


Fils de Jean de Narbonne et de Béatrix de Caylus, Claude de Narbonne-Caylus devient Baron de faugères et de Lunas en 1534, après le décès de son père, puis de Roquessels, dix ans plus tard, par son mariage avec Marquise de Gep. Claude participa à toutes les guerres de religion, à la tête des troupes protestantes il fut un capitaine redoutable et très craint, considéré par les chroniqueurs de son temps comme l’un des meilleurs capitaines protestants du Midi. Il a été la terreur des catholiques de l’Hérault et de l’Aude, e, pourtant, à Lunas comme à Faugères les catholiques vécurent, et s’ils sont restés éloignés des charges municipales importantes, ils n’ont jamais été maltraités. Claude fut assassiné dans son château de Lunas en 1578, les assassins ayant bénéficié de la complicité de Béatrix de Caylus.

La Famille de Faugères resta fidèle à la Réforme, le fils et la femme de Claude de Narbonne-Caylus sont protestants et toute la lignée, jusqu’en 1685, restera inébranlablement protestante. Au lendemain de la révocation (de l’édit de Nantes) l’arrière petit-fils de Claude, le Baron Pierre de Narbonne-Caylus, émigrera en Prusse avec sa femme et ses enfants. Il y a donc une tradition religieuse solidement établie dans la famille. La chaîne est formée d’anneaux solides, Claude est le premier de ces anneaux.
(Source : Faugères en biterrois, d’Emile Segui)


- Claudi de Narbonna: una tragica fin

La presa de Lodeva faguèt de Claudi de Narbona-Caylus, baron de Faugièiras, l’egal dels mai famoses e las autoritats uganaudas li fisèron lo comandament dins las diócesis de Besièrs, Lodeva e Narbona. L’exercèt valentament, ajudant lo famós Bacon a téner dins Pierrerue, s’apoderant de Murvièl e se fasent nafrar al Cailar qu’ensajava de prene per suspresa. Un pauc pus tard, òm lo vegèt se getar dins Laurenç forçant lo gobernador de Lengadòc, Damville, de levar lo sètge…
Enfin la patz venguèt, patz precària, trebolada per las rancuras duradissas e las venjanças tardièras. Claudi ne siaguèt una de las victimas.

Cap a la fin de febrièr de 1578, lo baron èra dins son nis d’agla de Lunàs, amb un trentenat d’òmes. Lo vilatge èra demorat en granda majoritat catolic. Lo castèl, quilhat sul ròc del Redondel, lo senhorejava, inaccessible. Una nuèit, d’ombras s’agitèron al dintre de Lunàs, e nombrosas limpèron dusca a las muralhas del Redondel. Aquò’s èran de lodeveses que los paisans del vilatge avián faches dintrar d’amagat. Lo cèl èra negre e pesuc, benlèu la pluèja tombava. En mai, èra la patz: ges de gaitas pel camin de ronda. Darrèr las pòrtas tancadas, la pichòta garnison dormissiá. Subte, una d’aquelas pòrtas, lentament, se dobriguèt…

Dins lo castèl de Lunàs, viviá, amb son filh, la vièlha Beatrix de Caylus, 74 ans. “Madama de Faugièiras la vièlha” èra demorada católica. S’èra tornada maridar, aprèp la mòrt de Joan de Narbona, e aviá aguda una filha qu’aimava d’un amor demasiat. D’autra part, possedissiá la mitat de Lunàs, sa dòt, mas son filh Claudi governava lo fièu en mèstre. De tristas oposicions d’interès, accentuadas encara pel carácter auturós e lo comportament sarcastic del baron, s’ajustavan aital a l’afogament religiós e a una afeccion tiranica per estofar encò de la vièlha doarièra tot sentiment mairal devèrs Claudi, Claudi lo maudit, que aviá embraçada la Reforma e que dispausava de sos bens! La pòrta, lentament, se dobriguèt.

Beatrix de Caylus aviá tirat lo varrolh. La maire donava son filh. Los assalidors se lancèron al masèl. Lo baron siaguèt tuat dins son lèit. Son cap siaguèt copat e portat a Lodeva « ont se’n joguèt per carrièras, coma Claudi aviá fach de lo de Sant Fulcran ».
Aital moriguèt Claudi de Narbona-Caylus e lo drama de Lunàs aureolèt un pauc aquel cap de dur gentilòme que pagava de sa vida son zèl intransigent.
Emile Segui (De la Tour-Magne à St-Nazaire)
Revirada Claudi Caumette

Sorgas : los cronicaires : Gaches, Faurin, Batailler, le Calviniste de Milhau… Lettres de Henri IV, archives 34, Recollets Lodeve....

haut de page


Jean Raymond

- Joan Raimond, lo galerian, martir uganaud

Lo 11 de agost de 1754 se debanèt, dins la tuna de Buscabras, un culte uganaud que valguèt las galèras a perpetuitat per un faugieiròl.
Se sonava Joan Raimond, natiu del Pont de Camarès dins Avairon. Venguèt a Faugièiras per maridar Maria Merle lo 19 de novembre de 1737. Totes dos novèls convertits, coma se disiá d’aquel temps, lo maridatge siaguèt celebrat dins la glèisa de Faugièiras per lo curat-prior Leòtard ambe coma testimònis Pèire Bernard, regent de las escòlas, Gabrièl Ricard, Joan Mas, manescal, de la parròquia de Sant Vincenç e Pèire Roger, manescal, de la parròquia de Mons. Los enfants del coble, Hugues en 1740, Magdalena en 1742 e Joan en 1746, siaguèron totes batejats de la glèisa.

Pasmens Joan Raimond demorèt totjorn un uganaud fervorós als uèlhs de totòm, assidú als cultes del desèrt. Se disiá que lotjava, en secret, los Ministres e tanben que, d’unes còps, los remplaçava. D’en primièr èra sastre, puèi se faguèt albergaire dins son ostal de la plaça. Avent la fisença del curat venguèt atanben lo deimièr de la parròquia. Presat de totes, viviá urós mas aquò durèt pas. Aprèp lo culte d’agost de 1754 que se debanèt pasmens tranquillament, lo Subdelegat siaguèt informat. E, coma lo meteis jorn i aguèt tanben de cultes a Bedarius e Graissassac, Monsur de Bossanèla, decidiguèt de far un exemple.

Mas, caliá dos testimònis per obtener la condemnacion d’un uganaud. Se trapèt pas cap de faugieiròl per jogar lo delator. Pr’aquò lo Subdelegat ne trapèt dos, forastièrs del vilatge, los ausiguèt lo 20 d’agost a Besièrs. Lo primièr se sonava Joan Arnal, sastre, de Caussinhòjols que pretendèt que, anant d’aquel vilatge a Faugièiras e passant per un tenement sonat Buscabras, ausiguèt cantar, se sarrèt, vegèt força religionaris e reconeguèt Joan Raimond. Arnal es un testimòni fals. Per anar de Caussinhòjols fins a Faugièiras se passa pas per Buscabras, qu’aquel endrech se trapa de l’autre band del vilatge. Lo segond testimòni, Joan Combal, cardaire de Bedarius, faguèt una deposicion totalament identica, al mot près, a la qu’aviá facha Arnal. La leiçon èra estada plan apresa !!!

Lo 17 de setembre Joan Raimond es arrestat e menat a Besièrs. Reconeguèt professar la RPR (religion pretenguda reformada) mas pas èsser estat a Buscabras lo 11 d’agost. Lo 9 d’octòbre Joan Raimond es condemnat a las galèras a perpetuitat, lo 18 èra, ja, al banhe, d’en primièr a Tolon puèi a Marselha.
Los bens de Joan Raimond son venduts al enquant, al profièch del Rei de França. Ensems, los estatjants de Faugièiras, tan catolics coma uganauds, daissèron Maria Merle tornar crompar lo tot a mendre còst.

Aprèp doas demandas de gràcia, demoradas sens efièch, la tresena serà la bona, Loïs XV fa gràcia. Joan Raimond es liberat lo 21 de març de 1767, tornèt a Faugièiras e moriguèt, a 68 ans, en 1779, en seguida de las privacions qu’aviá enduradas al banhe.
La remembrança de Joan Raimond es totjorn viva a Faugièiras, aquela victima de l’intolerància religiosa, qu’endurèt 13 ans de banhe puslèu que de renegar sas ideas, modèl de dreitura e d’integritat, s’ameritariá plan que son nom siaguesse balhat a un luòc o un autre del vilatge nòstre.
Claudi Caumette (Sorgas: Emili Segui e lo registre parroquial)


                
L'association a édité un petit livre relatant l'histoire de Jean Raymond, disponible en commande, plus de renseignements >> ICI

- Jean Raymond, le galérien, martyr huguenot

Le 11 août 1754 se déroula, dans la “tune” de Buscabres, un culte huguenot qui valut les galères à perpétuité à un faugerol.
Il s’appelait Jean Raymond, natif du Pont de Camares dans l’Aveyron. Il vint à Faugères pour épouser Marie Merle le 19 novembre 1737. Tous les deux “nouveaux convertís”, comme on disait dans ce temps là, le mariage fut célébré dans l’église de Faugères par le curé-prieur Léotard avec pour témoins Pierre Bernard, régent des écoles, Gabriél Ricard, Jean Mas, maréchal à forge, de la paroisse de saint Vincent et Pierre Roger, maréchal à forge, de la paroisse de Mons. Les enfants du couple, dont Hugues en 1740, Magdeleine en 1742 et Jean en 1746, furent tous baptisés à l’église.

Pourtant, Jean Raymond resta toujours un huguenot fervent aux yeux de tout le monde, assidu aux cultes du désert. On disait qu’il hébergeait, en secret, les pasteurs et aussi que, quelquefois, il les remplaçait. Il était d’abord tailleur d’habits, puis il se fit aubergiste dans sa maison de la place. Ayant la confiance du curé il devint aussi le dimier de la paroisse. Estimé de tous, il vivait heureux mais cela ne dura pas. Après le culte d’août 1754 qui se déroula pourtant tranquillement, le subdélégué fut informé. Et, comme le même jour il y eut également des cultes à Bédarieux et à Graissessac, Monsieur de Boussanelle décida de faire un exemple.

Mais, il fallait deux témoignages pour obtenir la condamnation d’un huguenot. On ne trouva aucun faugerol pour jouer les délateurs. Pourtant le subdélégué en trouva deux, étrangers au village, il les entendit le 20 août à Béziers. Le premier s’appelait Jean Arnal, tailleur d’habits, de Caussiniojouls qui pretendit que, allant de ce village à Faugères et passant par un ténement appelé Buscabres, il entendit chanter, s’approcha, vit beaucoup de religionnaires et reconnu Jean Raymond. Arnal est un faux témoin. Pour aller de Caussiniojouls jusqu’à Faugères on ne passe pas par Buscabres, car cet endroit se trouve de l’autre côté du village.le second témoin, Jean Combal, cardeur de Bédarieux, fit une déposition totalement identique, au mot près, à celle qu’avait faite Arnal. La leçon avait été bien apprise!!!

Le 17 septembre Jean Raymond est arrêté et conduit à Béziers. Il reconnu professer la RPR (religion prétendu réformée) mais pas avoir été à Buscabres le 11 août. Le 9 octobre il est condamné aux galères à perpétuité, le 18 il était, dejà, au bagne, d’abord à Toulon puis à Marseille. Les biens de Jean Raymond son vendus aux enchères, au profit du roi de France. Tous ensembles les habitants de Faugères, aussi bien catholiques que protestants, laissèrent Marie Merle racheter le tout à moindre prix. Après deux demandes de grâce, restées sans effet, la troisième sera la bonne, Louis XV fait grâce. Jean Raymond est libéré le 21 mars 1767, il revint à Faugères et mourrut, à 68 ans, en 1779, à la suite des privations qu’il avait endurées au bagne. Le souvenir de Jean Raymond est toujours vif à Faugères, cette victime de l’intolérance religieuse, qui endura 13 ans de bagne plutôt que de renier ses idées, modèle de droiture et d’intégrité, mériterait bien que son nom soit donné à un lieu ou à un autre de notre village.
Claude Caumette (sources: Emile Ségui et le registre parroissial)


haut de page


Le doyen Sardinoux (1809-1890)

Nascut lo 22 de genièr de 1809 a Anduze, maridèt Philis Bonnes lo 19 de julhet de 1843 a Faugièiras, defuntèt a Faugièiras lo 2 de febrièr de 1890. Siaguèt professor d’exegèsi e degan de la facultat de teologia uganauda de Montalban, membre del conselh superior de l’instruccion publica, fondador de l’institut pel sords e muts de Sant Ipolit, benfachor de Faugièiras en particular de las escòlas. Son filh cabdet, Albèrt, siaguèt lo primièr Sardinoux conse de faugièiras, precedent Maurici, son felen, Andriu, son reire felen e Miquèl, son reire reire felen.


        

L'association a édité un petit livre racontant l'histoire de Auguste Sardinoux, ce livre reprends en partie le contenu de la conférence organisée sur le même thème, disponible en commande, plus de renseingments >> ICI

Né le 22 janvier 1809 à Anduze, marié avec Philis Antoinette Bonnes le 19 juillet 1843 à Faugères, il décéda à Faugères le 2 février 1890. Il fut professeur d’exégèse et doyen de la faculté de théologie protestante de Montauban, membre du conseil supérieur de l’instruction publique, fondateur de l’institut des sourds et muets de Saint Hyppolite du fort, bienfaiteur de Faugères en particulier des écoles. Son fils cadet, Albert, fut le premier Sardinoux maire de Faugères, précédant Maurice, son petit-fils, André, son arrière petit fils et Michel, son arrière arrière petit fils.


haut de page


Henri Spiser (1875-1958)

Nascut lo 21 de julh de 1875 en Alsaça, maridèt a Faugièiras, a la debuta del sègle XX, Marta Bonnes (10/9/1874 – 3/8/1965) e s’establiguèt alara en çò nòstre.
Amic d’enfancia del metge Albèrt schweitzer, prèmi Nobel de la patz en 1952, demoréron totjorn en contacte per escambi de letras. Mostrèt un coratge dels bels al mes d’agost de 1944 quand una cordèla de l’armada alemanda s’arrestèt a Faugièiras, que los maquisards avián capitat de copar la rota cap a Pesenàs en fasent petar un pont, e arrapèt qualques ostatges. Enric Spiser anèt parlamentar amb l’oficièr que comandava aquela cordèla, prenent fòrça risques, que èra nascut alemand. La cordèla s’encaminèt tranquillament cap a Besièrs daissant liures los ostatges. Monsur Spiser lor aviá, de segur, salvat la vida e, benlèu, evitat un chaple grand del vilatge.


Marthe et Henri Spiser

Il naquit le 21 juillet 1875 en Alsace, il épousa à Faugères, au début du 20ème siècle, Marthe Bonnes (10/9/1874-3/8/1965) et s’établit alors chez nous.
Ami d’enfance du docteur Albert Schweitzer, prix Nobel de la paix en 1952, ils restèrent en contact en échangeant des lettres. Il fit preuve d’un grand courage au mois d’août 1944 quand une colonne de l’armée allemande s’arrêta à Faugères, les maquisards ayant réussi à couper la route vers Pézenas en faisant sauter un pont, et prit quelques otages. Henri Spiser alla parlementer avec l’officier qui commandait cette colonne, prenant beaucoup de risques, car il était né allemand. La colonne s’achemina tranquillement vers Béziers laissant les otages libres. Monsieur Spiser leur avait, surement, sauvé la vie et, peut-être, évité que le village soit l’objet de dures représailles.


haut de page


Emile Segui (1883-1955)

Istorian, escrivan e poeta, Emili Segui siaguèt tanben Conselhièr General del Canton de Bedarius dins las annadas 50. Es l’autor d’un libre sus l’istòria del vilatge, « Faugères en biterrois ; una pichòta plaça uganauda pendent las guèrras de religion, 1562-1629 » e d’un desenat d’autres obratges, contes, poemas o racontes istorics.


Quelques un des ces ouvrages
                              



Emile Segui prononçant un discours en 1954

Historien, écrivain et poète, Emile Segui fut aussi Conseiller Général du canton de Bédarieux dans les années 50. Il est l’auteur d’un livre sur l’histoire du village, « Faugères en biterrois, une petite place protestante pendant les guerres de religion, 1562-1629 » et d’une dizaine d’autres ouvrages, contes, poèmes ou récits historiques.


haut de page


Irénée Martin (1862-1955)

Felibre e Francmaçon, Irénée Martin siaguèt mèstre d’escòla a Lodeva, Cornonterral e Besièrs. Es l’autor de nombrosas cronicas sus la vida del vilatge que son estadas recampadas dins lo libre « Imatges de Faugièiras » editat pel Sauta Ròcs al mes de novembre de 2010.



Félibre et Franc-maçon, Irénée Martin fut instituteur à Lodève, Cournonterral et Béziers. Il est l’auteur de nombreuses chroniques sur la vie du village qui ont été rassemblées dans le livre « Images de Faugères » édité par le Sauta Ròcs au mois de novembre 2010.


haut de page


Evariste Beziat (1865-1945)

Proprietarí, vinhairon, Evarist Beziat siaguèt tanben secretarí de la Comuna. Informador local per mantun jornal, es l’autor de cronicas sul vilatge, doas son estadas publicadas dins lo libre « Imatges de Faugièiras ».


      


Evariste et Mathilde Beziat en 1927

Propriétaire, vigneron, Evariste Béziat fut aussi secrétaire de mairie. Correspondant local de divers journaux, il est l’auteur de chroniques sur le village, deux ont été publiées dans le livre « Images de Faugères ».


haut de page


André de Robert 1904-1987

Lo 16 e 17 de setembre de 1941, sens aver reçauput mandat oficial, un pichòt grop d’un quinzenat de personas, a l’iniciativa del pastor Visser’t Hooft e de Magdalena Barot, secretària generala de la Cimade, se recampava a Pomeyròl (ostal de retirada e de rescontre de l’ERF, a Sant-Esteve-de-Grès, Bocas del Ròse) « per recercar ensem çò que la Glèisa Reformada deu dire uèi al monde ». Èran pastors : Joan Cadier, Jòrdi Casalis, Enric Clavier, Pau Conord (Albi), Enric Eberhard (Dieulefit), Joan Gastambide, Pèire Corthial, Jaume Deransart, Pèire Gagnier, Roland de Pury, Andriu de Robèrt, Andriu Vermeil ; tres laïcs èran presents : Magdalena Barot, Suzanna de Dietrich (Genève) e Renat Courtin ( professor de drech a Montpellier).
Las tèsis de Pomeyròl son « una reflexion teologica engatjada suls fondaments evangelics d’una presa de paraula publica de la Glèisa ». Son al nombre de uèit. Las quatre primièras tractan de las relacions de la Glèisa e de l’Estat, la cinquena dels limits de l’obesissença a l’Estat, la siesena precisa lo respècte de las libertats essencialas, la setena denoncia l’antisemitisme, la ochena condemna la collaboracion. La tèsi 7 es sens cap d’ambigüitat : « …protesta solemnalament contra tot estatut regetant los josieus fòra de las comunautats umanas ». Dins la tèsi 8 « denonciant las equivòcas, la glèisa afortís que se pòt pas presentar l’inevitabla sosmission al vencedor coma un acte de liura adesion…, considera coma una necessitat espirituala la resisténcia a tota influéncia totalitària e idolatra ».
Lo 30 de mai de 1943, lo pastor Roland de Pury es arrestat per la Gestapò mentre que predicava al temple, a Lion.
Lo pastor Andriu de Robèrt es nommat per lo remplaçar, coneissent perfièchament las activitats de son predecessor, en particular al benefici dels josieus e determinat a seguir son exemple.
Fòrca susvelhat, capitarà de sauvar de nombroses josieus en lor porgissent de falsas cartas d’identitat e de rescondudas seguras.
Es estat reconegut « Juste parmi les Nations » per Yad Vashem e a reçauput la medalha de « Juste » lo 5 de genièr de 1984.


Le 16 et 17 septembre 1941, sans avoir reçu de mandat officiel, un petit groupe d’une quinzaine de personnes, à l’initiative du pasteur Visser’t Hooft et de Madeleine Barot, secrétaire générale de la Cimade, se réunissait à Pomeyrol (maison de retraite et de rencontre de l’ERF, à St-Etienne-du-grès, Bouches du Rhône) « pour rechercher ensemble ce que l’Eglise Réformée doit dire aujourd’hui au monde ». Ils étaient pasteurs : Jean Cadier, Georges Casalis, Henri Clavier, Paul Conord (Albi), Henri Eberhard (Dieulefit), Jean Gastambide, Pierre Courthial, Jacques Deransart, Pierre Gagnier, Roland de Pury, André de Robert, André Vermeil ; trois laïcs étaient présents : Madeleine Barot, Suzanne de Dietrich (Genève) et René Courtin (Professeur de droit à la Facuté de Montpellier).
Les thèses de Pomeyrol sont « une réflexion théologique engagée sur les fondements évangéliques d’une prise de parole publique de l’Eglise ». Elles sont au nombre de huit. Les 4 premières traitent des rapports de l’Eglise et de l’Etat, la 5e des limites de l’obéissance à L’Etat, la 6e précise le respect des libertés essentielles, la 7e dénonce l’antisémitisme, la 8e condamne la collaboration. La thèse 7 est sans ambiguité : « … elle élève une protestation solennelle contre tout statut rejetant les juifs hors des communautés humaines ». Dans la thèse 8 « dénonçant les équivoques, l’Eglise affirme qu’on ne saurait présenter l’inévitable soumission au vainqueur comme un acte de libre adhésion…, elle considère comme une nécessité spirituelle la résistance à toute influence totalitaire et idolâtre ».
Le 30 mai 1943, le pasteur Roland de Pury est arrêté par la Gestapo alors qu’il prêchait au temple, à Lyon.
Le pasteur André de Robert est nommé pour le remplacer, connaissant parfaitement les activités de son prédécesseur, notamment en faveur des juifs, il est déterminé à suivre son exemple. Très surveillé, il parviendra à sauver de nombreux juifs en leur fournissant de faux papiers et des cachettes sûres.
Il a été reconnu « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem et a reçu la médaille de « Juste » le 5 janvier 1984.


haut de page


Claude Abbes (1927-2008)

Nascut en 1927 al masatge de La Caumette, ven un jogador de fotbòl talentós. Debuta pro jove dins las gabias de l’US Bedarius en division d’onor, passa al club de Labastide-Rouairoux en campionat de França amator. En 1951 es recrutat per l’A S Besièrs que jòga en segonda division ont fa sa debuta professionala. Transferit a l’A S Saint Etienne, primièra division, ne serà lo portièr inamovible pendent dètz ans, ganhant campionat e còpa de França. Seleccionat nòu còps en equipa de França en 1957 e 1958, participarà a la Còpa del Monde en Sueda coma portièr titular als costat dels Kòpa, Fontaine, Piantòni, Jonquet…



Claude Abbes avec l'U.S Bédarieux en Novembre 1946

Né au hameau de La Caumette en 1927, il devient un joueur de football talentueux. Il débute très jeune dans les buts de l’U S Bédarieux en division d’Honneur, passe au club de Labastide-Rouairoux en championnat de France amateur. En 1951 il est recruté par l’A S Béziers qui opère en 2ème Division où il fait ses débuts professionnels. Transféré à l’A S Saint Etienne, 1ère Division, il en sera le gardien inamovible pendant 10 ans, remportant championnat et coupe de France. Sélectionné à neuf reprises dans l’équipe de France en 1957 et 1958, il participera à la coupe du monde en Suède comme gardien titulaire aux côtés des Kopa, Fontaine, Piantoni, Jonquet…


haut de page


© Tous droits réservés - 2013 - "Lo Sauta Ròcs"