La glèisa reformada de Faugièiras

- Las originas
Faugièiras embraça pro d’ora la reforma uganauda dins los passes del poderós e redobtat Claudi de Narbona-Caylus, baron de Faugièiras e Lunàs. Aquò’s probablament a l’entorn de 1550 que lo baron fa seunas las ideas de Calvin, seguit per la màger part dels estatjants de Faugièiras, quicòm coma los dos terces. L’influença del baron a degut jogar, mas pas solament, d’autres factors an degut intervenir que los estatjants dels masatges, La Caumeta e Somartre, son demorats fisèls a la gleisa oficiala tan coma los de Lunàs.

Claudi de Narbonna-Caylus es anadit d’una quarantena d’annadas a la velha de la guèrra civila, es senhor de Faugièiras e Lunàs dempuèi 1534, de Ròcassels dempuèi 1544. Va jogar un ròtle grand dins aquelas luchas, fasent de Faugièiras una solida plaça fòrta uganauda, mas respectarà de longa sos subjèctes catolics, los maltractant jamai, se contentant d’afavorir sos correligionarís per las cargas municipalas. Se sembla que Claudi siague estat un uganaud sincèr malgrat lo revirament de 1568, d’una durada fòrça brèva en mai. Se la maire, Beatrix de Caylus, demorèt catolica, la fiselitat de la familha de Narbona per la causa uganauda es incontestabla, aprèp la fin tragica de Claudi, sa femna, Marquisa de Gep, e son filh Joan de Narbona-Caylus son demorats uganauds coma la linhada tota fins a 1685. Aprèp la revocacion del edicte de Nantas (1685) lo baron Pèire de Narbona-Caylus, reire felen de Claudi, se despatriarà en Prussa amb femna e enfants, un quinzenat de pagéses faràn çò parièr.

- Los quatre temples de Faugièiras
A la debuta lo culte se fasiá al castèl, puèi quand la guèrra esclatèt, se faguèt dins la gleisa.
Lo 10 de setembre de 1577, lo baron acordèt als uganauds, per arrendament emfiteutic a perpetuitat, un ostal, per lo consistòri, e un casal, per servir de temple. Aquel primièr temple existís encara, es probablament l’un dels mas ancians de França. Siaguèt utilisat fins a 1663, data onte siaguèt daissat en causa de la proximitat ambe la gleisa, aquela decision lo salvèt dels demolisseires. Lo segond temple, acapçat dins la carrièra drecha, siaguèt liurat al rabassièr dels demolisseires en 1685, a l’ora d’ara es una cort.

A partir d’aquesta data, i aguèt pas pus de culte oficial pendent mai d’un sègle, força uganauds adjuraràn, se maridaràn e batejaràn los enfants a la gleisa, sol biais d’aver una existéncia legala, que l’estat civil èra tengut per los preires. Mas renonciaràn jamai a sa fe, continhuaràn d’assistir “clandestinament” al culte, al “desèrt”. A Faugièiras, se debanava dins la tuna de Buscabras (o tuna de Roques), d’en primièr dins la cavèrna que se dorbissiá dins lo bauç, puèi, aprèp sa destruccion parciala pels dragons, dins la quita tuna, a l’aire liure. Aquò valguèt a qualques faugieiròls de condemnacions grèvas: galeras a perpetuitat per Joan Raimond en 1754 (graciat en 1767), empresonament per Anna Vabre e Catarina Boudes en 1719.

L’edicte de tolerància de 1787 tòrna menar la libertat de culte. Aprèp lo decret del 21 de febrier de 1795, una sala bassa de las muralhas, esparnhada pel rabassièr dels demolisseires de 1622, es acapçada en temple. En 1837, lo temple actual serà bastit ambe l’ajuda financièra de l’estat e de la comuna, e sustot la generositat dels fisèls.
Claudi Caumette

Le temple protestant à Faugères de nos jours
A gauche, Le 1er temple de 1577, un des plus anciens de France. A droite, le temple protestant actuel construit en 1837

- Les origines
Faugères embrasse très tôt la réforme huguenote dans les pas du puissant et redouté Claude de Narbonne-Caylus, baron de Faugères et de Lunas. C’est probablement autour de 1550 que le baron fait siennes les idées de Calvin, suivi par la majeure partie des habitants de Faugères, environ les deux-tiers. L’influençe du baron a dû jouer, mais pas seulement, d’autres facteurs ont dû intervenir car les habitants des hameaux, La Caumette et Soumartre, sont restés fidèles à l’église officielle tout comme ceux de Lunas.

Claude de Narbonne-Caylus est âgé d’une quarantaine d’années à la veille de la guerre civile, il est seigneur de Faugères et de Lunas depuis 1534, de Roquessels depuis 1544. Il va jouer un grand rôle dans ces luttes, faisant de Faugères une solide place forte huguenote, mais il respectera toujours ses sujets catholiques, ne les maltraitant jamais, se contentant de favoriser ses coreligionnaires pour les charges municipales. Il semble que Claude ait été un huguenot sincère malgré le revirement de 1568, d’une durée très brève par ailleurs. Si sa mère, Beatrix de Caylus, resta catholique, la fidélité de la famille de Narbonne pour la cause huguenote est incontestable, après la fin tragique de Claude, sa femme, Marquise de Gep, et son fils Jean de Narbonne-Caylus sont restés huguenots comme toute la lignée jusqu’en 1685. Après la révocation de l’édit de Nantes (1685) le baron Pierre de Narbonne-Caylus, petit-fils de Claude, s’expatriera en Prusse avec femme et enfants, une quinzaine de paysans feront de même.

- Les quatre temples de Faugères
Au début le culte se faisait au château, puis quand la guerre éclata, elle se fit dans l’église.
Le 10 septembre 1577, le baron accorda aux huguenots, par bail emphytéotique à perpétuité, une maison, pour le consistoire, et un casal, pour servir de temple. Ce premier temple existe encore, il est probablement l’un des plus anciens de France. Il fut utilisé jusqu’à 1663, date où il fut laissé en raison de sa proximité avec l’église, cette décision le sauva des démolisseurs. Le second temple, aménagé dans la rue droite, fut livré à la pioche des démolisseurs en 1685, aujourd’hui c’est une cour. A partir de cette date, il n’y eut plus de culte officiel pendant plus d’un siècle, de nombreux huguenots abjureront, ils se marieront et baptiseront leurs enfants à l’église, seule façon d’avoir une existence légale, car l’état civil était tenu par les prêtres. Mais ils ne renonceront jamais à leur foi, ils continueront d’assister “clandestinement” au culte, au “désert”. A Faugères, il se déroulait dans la tune de Buscabres (ou tune de Roques), d’abord dans la caverne qui s’ouvrait dans la falaise, puis, après sa destruction partielle par les dragons, dans la tune même, à l’air libre. Cela valut à quelques faugerols des condamnations sévères: galères à perpétuité pour Jean Raymond en 1754 (gracié en 1767), emprisonnement pour Anne Vabre e Catherine Boudes en 1719.
L’édit de tolérance de 1787 redonne la liberté de culte. Après le décret du 21 février 1795, une salle basse des remparts, épargnée par la pioche des démolisseurs de 1622, est aménagée en temple. En 1837, le temple actuel sera bâti avec l’aide financière de l’état et de la commune, et surtout la générosité des fidèles.
Claude Caumette




Vaquí la revirada d’un extrach d’un raconte fach per lo Sènher Bouvier, ministre del culte.

“Aquò’s probable que los uganauds de Faugièiras davalan, en partida, de los de Besièrs que daissèron lors fogals dins la segonda mitat del sègle XVI. Aquela ciutat dels “Albigèses” (Catars) qu’aviá pas deslembrat las nòblas aspiracions dels aujòls cap a la libertat de consciencia, abracèt d’ora la Reforma amb la pus granda preissa. Totes los estatjants de l’esperit cultivat, faguèron seunas las idèas novèlas, de tal biais qu’en l’an 1561, los uganauds èran tan nombroses coma los catolics. S’acampavan sus una pichòta iscla del Òrb. Mai d’un còp siaguèron assalits e interromputs dins l’exercici del culte, e aguèron dins lors rengs de nòbles martirs. En 1561, lo ministre Vives siaguèt arrestat, probablament lo fondador d’aquela glèisa, que, volent se liberar dels arquièrs, reçaupèt un còp de mosquet e defuntèt sus plaça. Secutats a l’excès, los reformats prenguèron lo partit de fugir lor ciutat sauvertosa; atanben, cent ans pus tard, en 1664, n’en demorava sonque 320.

Ont anèron s’abrigar? Probablament dins las montanhas nòstras que ofrissián un abric contra los persecutors. Los drapièrs se rendèron a Bedarius, onte transportèron lor industria, e qualques cultivadors s’establiguèron a Faugièiras.

D’aquí l’origina d’aquela glèisa. Pasmens cal pas s’en tener unicament a n’aquesta causa, que atribuiriá pas que a d’estrangièrs la fondacion de la nòstra comunitat crestiana. Mantunes estatjants de Faugièiras, demest eles, lo senhor Claudi de Narbona, abracèron lo protestantisme e conflèron aital lo pichòt tropèl. Se podèm pas determinar amb una exacta precisión la data de sa formación, es pasmens aisit de l’indicar d’un biais pro approximatiu. En 1568, vesèm lo baron de Faugièiras prene part a las guèrras dichas de religión jos lo drapèl de la Reforma. Aladonc, i aviá ja, e desempuèi qualquas annadas sens dobte, d’uganauds a Faugièiras. E, alara, es permes de datar nòstra origina uganauda del mitan del sègle XVI, es a dire almens al moment onte se tenguèt, a Paris, lo primièr sinòde de las glèisas reformadas de França…

A la debuta del sègle XVII, força ciutats e vilatges d’en çò nòstre, que uèi an pas cap d’uganaud, n’èran alara pobladas. Aital Besièrs, Ginhac, Sant Ponç, Sant Gervasi, Thesan, d’ont es originari la familha Jarlièr que los nombroses descendents son al mitan de nosautres, avián de glèisas reformadas.”
Revirada Claudi Caumette
D’aprèp Louis Bouvièr




Voici un extrait d’un récit fait par Monsieur Bouvier, ministre du culte.

“Il est probable que les huguenots de Faugères descendent, en partie, de ceux de Beziers qui laissèrent leurs foyers dans la deuxième moitié du 16ème siècle. Cette cité des “Albigeois” (Cathares) qui n’avait pas oublié les nobles aspirations des aïeux vers la liberté de conscience, embrassa de bonne heure la Réforme avec le plus grand empressement. Tous les habitants à l’esprit cultivé, firent leurs les idées nouvelles, de sorte qu’en l’an 1561, les huguenots étaient aussi nombreux que les catholiques. Ils se réunissaient sur une petite ile de l’Orb. Plus d’une fois ils furent assaillis et interrompus dans l’exercice du culte, et ils eurent dans leurs rangs de nobles martyrs. En 1561, le ministre Vives fut arrêté, probablement le fondateur de cette église, qui, voulant se libérer des archers, reçut un coup de mousquet et mourut sur place. Persécutés à l’excès, les réformés prirent le parti de fuir leur cité inhospitalière; aussi, cent ans plus tard, en 1664, il n’en restait que 320.

Où allèrent-ils s'abriter? Probablement dans nos montagnes qui offraient un abri contre les persécuteurs. Les drapiers se rendirent à Bedarieux, où ils transportèrent leur industrie, et quelques cultivateurs s’établirent à Faugères.

De là l’origine de cette église. Pourtant il ne faut pas s’en tenir uniquement à cette cause, qui attribuerait qu’à des étrangers la fondation de nôtre communauté chrétienne. Plusieurs habitants de Faugères, parmi eux, le seigneur Claude de Narbonne, embrassèrent le protestantisme et gonflèrent ainsi le petit troupeau. Si nous ne pouvons pas déterminer avec une exacte précision la date de sa formation, il est quand même aisé de l’indiquer d’une façon assez approximative. En 1568, nous voyons le baron de Faugères prendre part aux guerres dites de religion sous le drapeau de la Réforme. Donc, il y avait déjà, et depuis quelques années sans doute, des huguenots à Faugères. Et, alors, il est permis de dater notre origine huguenote du milieu du XVIème siècle, c’est à dire au moins au moment ou se tint, à Paris, le premier synode des églises reformées de France…

Au début du XVIIème siècle, de nombreuses cités et villages de chez nous, qui aujourd’hui n’ont aucun huguenot, en étaient alors peuplés. Ainsi Béziers, Gignac, Saint Pons, Saint Gervais, Thezan, d’où est originaire la famille Jarlier dont les nombreux descendants sont au milieu de nous, avaient des églises réformées.”
D’après Louis Bouvier




- Faugièiras (1685-1787), los temples del desèrt
Se sap qu’aprèp la revocacion del Edicte de Nantas (1685), e aquò s’esperlonguèt fins a la Revolucion, los uganauds franceses, privats de temples, fasián lo culte, malgrat las defensas reialas, dins de luòcs discrèts pel campestre. Al desèrt, coma disián. Los acamps clandestins èran, d’unes còps, suspreses e la rigor de la lei tocava los maluroses que tombavan entre las mans de l’Autoritat.

Dempuèi la debuta de la Reforma, los uganauds èran nombroses dins lo vilatge de Faugièiras, gaireben los dos-tèrçs dels estatjants. Al moment de la revocacion, en primièr pleguèron jos la tempèsta e frequentèron la glèisa qu’èra venguda tròp destrecha per tener totes los fisèls. Mas tardèron pas a tornar al culte dels paires e s’amassèron dins d’endreches propicis dels entorns, al desèrt.

Per los faugieiròls, lo desèrt, aquò’s èra lo planastèl de las Caussinas, la comba del bòsc, los euses de la Rellon, la tuna de Buscabras. Avèm notat, dins un rapòrt del Subdelegat de Besièrs, Monsur de Bossanèla, la descripcion d’un Temple del desèrt :
« Nos sèm trapats, al tenement de las Caussinas, e avèm trobat un camp per la garriga de gaireben vint canas carradas, alunhat, del vilatge de Faugièiras, d’un quart de lèga. Aquel camp es enrodat d’una muralha de pèiras secas de tres pès de nautor, e avèm remarcat que, otra lo grand nombre de plaças que pòt procurar aquela muralha, i a, a quicòm prèp, cent sètis faiçonats a l’entorn ambe de pèiras platas l’una dessús l’autra, e un sèti mai naut e visible, apiejat a la dicha muralha, faciá al miègjorn. Evidentament la cadièra del « Ministre ».

Jos los euses tot pròches de la Rellon o dins la comba del bòsc, lo culte se fasiá, coma a las Caussinas, al solelh. A Buscabras, caliá alucar las candèlas.

Lo siti, tan curios, èra particularament propici als acamps secrèts. Es gaire que a qualquas minutas del vilatge e se pòt passar a costat sens se dobtar de son existéncia. Aquò’s un circ, una tuna, es aital que dison los faugieiròls, en forma de fèrre de caval, dins sas parets se dobrissiá una espaciosa cavèrna. Se davalava dins lo sosterranh per una escala, e amagava a meravilha los fisèls.

Quand aquela cavèrna aguèt desapareguda, en 1719, renduda inutilizabla sus òrdre de l’Intendent de Lengadòc, los uganauds faugieiròls contunhèron d’anar a Buscabras. S’amassavan en cercle dins la quita tuna, a l’ombra dels rocasses cambavirats per la polvera, e, mentre que lo Ministre o lo Predicant exortava los fisèls, de gaitas, naut quilhadas, susvelhavan aisidament los entorns.
Claudi Caumette (d’aprèp Emili Segui)


Symbole du protestantisme


- Faugères (1685-1787), les temples du désert
On sait qu’après la révocation de Edit de Nantes (1685), et cela se prolongeât jusqu’à la Révolution, les huguenots français, privés de temples, faisaient le culte, malgré les interdictions royales, dans des lieux discrets dans la campagne. Au désert, comme ils disaient. Les réunions clandestines étaient, parfois, surprises et la rigueur de la loi touchait les malheureux qui tombaient entre les mains de l’Autorité.

Depuis le début de la Réforme, les huguenots étaient nombreux dans le village de Faugères, presque les deux-tiers des habitants. Au moment de la révocation, au début ils plièrent sous la tempête et ils fréquentèrent l’église qui était devenue trop petite pour contenir tous les fidèles, mais ils ne tardèrent pas à retourner au culte des pères et se réunirent dans des endroits propices aux alentours, au désert.

Pour les faugerols, le désert, c’était le plateau des Caussines, la combe du bois, les chênes de la Rellou, la tune de Buscabres. Nous avons noté, dans un rapport du Subdélégué de Béziers, Monsieur de Boussanelle, la description d’un Temple du désert : « Nous nous sommes trouvés, au tènement des Caussines, et nous avons trouvé un champ dans la garrigue de presque vingt cannes carrées, éloigné, du village de Faugères, d’un quart de lieue. Ce champ est entouré d’une muraille de pierres sèches de trois pieds de hauteur, et nous avons remarqué que, outre le grand nombre de places que peut procurer cette muraille, il y a, à quelque chose près, cent sièges façonnés autour avec des pierres plates l’une sur l’autre, et un siège plus haut et visible, appuyé à la dite muraille, face au midi. Evidemment la chaire du « Ministre ».

Sous les chênes tout proches de la Rellou ou dans la combe du bois, le culte se faisait, comme aux Caussines, au soleil. A Buscabres, il fallait allumer les chandelles.

Le site, si curieux, était particulièrement propice aux réunions secrètes. Ce n’est guère qu’à quelques minutes du village et l’on peut passer à côté sans se douter de son existence. C’est un cirque, une tune, c’est ainsi que disent les faugerols, en forme de fer à cheval, dans ses parois s’ouvrait une spacieuse caverne on descendait dans le souterrain par une échelle, et il cachait à merveille les fidèles.

Quand cette caverne eut disparu, en 1719, rendue inutilisable surf ordre de l’Intendant du Languedoc, les huguenots faugerols continuèrent d’aller à Buscabres. Ils se réunissaient en cercle dans la tune même, à l’ombre des rochers bouleversés par la poudre, et, tandis que le Ministre ou le Prédicateur exhortait les fidèles, des sentinelles, haut perchées, surveillaient aisément les alentours.
Claude Caumette (d’après Emilie Segui)




- 1719, victimas faugieiròlas de l’intolerància religiosa
La cisampa deu bufar, canina e fòrta, a Faugièiras, aquel 25 de març de 1719, jorn de Pascas, a 9 oras del ser. Mas, la curiositat es totjorn estada un estimulant poderós, e, es aquò, sens dobte, mai qu’un besonh preissat de gatèus secs que buta Catarina Olivièr de tustar a la pòrta d’Anna Vabre, veusa d’Esteve Pensse. Anna Vabre es annadida de 85 ans e, ambe sa conhada, tira de magres revenguts d’aquel comèrci de gatèus secs. Mas, aquel ser, es ambe fòrça crenta que dobris a n’aquela practica tardiva. Entrebadant sonque la pòrta, respond que la merça es agotada. Del dedins de l’ostal, la femna d’Aaron Salomon, Maria Castan, conferma lo fach e precisa a l’importuna que, ela atanben, èra venguda per crompar de gatèus e que n’aviá pas trapats. E puèi la pòrta se tanquèt bruscament al nas de Catarina Olivièr. Mas, aquò l’empachèt pas d’ausir de bruches de voses al dedins de l’ostal.

N’en cal pas mai per qu’una enquèsta siague dobèrta, de vièlhs empresonats, d’ostals desbastits.

De segur, aqueste ser un acamp se debanava en cò d’Anna Vabre, un acamp de 50 a 60 personas, a l’entorn de Pèire Corteiz probable, una amassada ambe los meteisses fisèls qu’a la cavèrna del Plò de l’Euse, un mes pus lèu, lo 12 de febrièr, o que la del dimenge dos de abril, encara en cò d’Anna Vabre. Que res arresta pas lo zèl religiós d’aqueles novèls convertits. Res los decoratja, ni la necessitat de davalar per l’escala dins la cauna per ausir Rovière o Corteiz, ni la delacion, nimai la menaça d’un sejorn a la ciutadèla de Besièrs.

E, qualques jorns pus tard, sèt faugieiròls son menats dins las presons de Sant Nasari. I a aquí Joana Bonnafos, la veusa de David Ròques, annadida de 45 ans. Es estada vista balhar a d’autres correligionaris de libres de la Religion Pretenguda Reformada que li èran passats per de mond de Montpelhièr ; es estada apercebuda atanben lo jorn de Pascas dins son ostal, « legissent un grand libre enrodada per un vintenat de personas » ; tanben li es fach repròchi d’exortar los malauts de la religion, d’acampar de mond dins son ostal, lo dimenge, a l’ora del culte. E las memòrias particularas la presentan coma una « marrida femna ». I a aquí Anna Vabre plegada jos sos 85 ans, la mercanda de gatèus secs… Aaron Salomon e Maria Castan sa femna, annadida de 40 ans, qu’avèm rescontrada en cò d’Anna Vabre e que es descrita coma « una rebella professionala, una insolenta obrant en plaça de las que lo vièlhum rend impotentas ». I a tanben Catarina Boude, veusa d’Antoni Roquièr, annadida de 75 ans, colpabla d’aveire cantat de saumes, dins son ostal, lo dijòus sant e lo jorn de Pascas. I a Isabeau Planques, 50 ans, femna de Jaume Teissonnièr, l’una de « las mai activas e de las mai capudas de las correligionariás ». Un mes de per abans, tornava del Plò de l’Euse, a punta d’alba. I a, enfin, Teofil Ròques, colpable d’aveire exprimit dobertament sa jòia, davant un testimòni, al moment de la recenta partença dels dragons, amenaçant « de sagnar los ancians catolics coma de porcèls se lo temple èra pas lèu tornat bastit ». Sens dobte, lo curat de Faugièiras, Leòtard, deviá plan conéisser aquel tarabastejaire uganaud, que intercedit a son benefici alprèp del Duc de Ròquelaure en aqueles tèrmes : « Teofil Ròques es un paure òme que son pauc de saber rend incapaç de dintrar, de cap de faiçon, en contravencion als òrdres reials… serà far gràcia e caritat e amai justicia que de lo daissar liure ». Mas aquel curat èra sustot un brave òme que manquèt pas d’intercedir tanben al benefici de Aaron Salomon e de sa femna, totes dos empresonats e que « los enfants fòrça joves èran mentretant dins una misèria demasiada »..

E lo 11 de juhn de 1719, la senténcia dins aquel afar es renduda per Lois de Bernage que manda :

Es probable que los presonièrs an tornat trapat Faugièiras e las familhas aprèp mantunes meses de preson. Mas, vos daissi endevinar lo trebolament d’aquela femna de 85 ans que aviá tot perdut, enclaus l’ostal.
Claudi Caumette
(d’aprèp una allocucion de Joan Salvaing)




- 1719, victimes faugeroles de l’intolérance religieuse
La bise doit souffler, aigre et forte, à Faugères, ce 25 mars 1719, jour de Pâques, à 9 heures du soir. Mais, la curiosité a toujours été un stimulant puissant, et, c’est cela, sans doute, plus qu’un besoin urgent de gâteaux secs qui pousse Catherine Olivier à frapper à la porte d’Anne Vabre, veuve d’Etienne Pensse. Anne Vabre est âgée de 85 ans et, avec sa belle-sœur, elle tire de maigres revenus de ce commerce de gâteaux secs. Mais, ce soir là, c’est avec beaucoup de crainte qu’elle ouvre à cette cliente tardive. Entrebâillant seulement la porte, elle répond que la marchandise est épuisée. De l’intérieur de la maison, la femme d’Aaron Salomon, Marie Castan, confirme le fait et précise à l’importune que, elle aussi, elle était venue pour acheter des gâteaux et qu’elle n’en avait pas trouvé. Et puis la porte se referma brusquement sur Catherine Olivier. Mais, cela ne l’empêcha pas d’entendre des bruits de voix dans la maison.

Il n’en faut pas plus pour qu’une enquête soit ouverte, des vieillards emprisonnés, des maisons démolies.

Bien sûr, ce soir là une réunion se déroulait chez Anne Vabre, une réunion de 50 à 60 personnes, autour de Pierre Courteiz probablement, une assemblée avec les mêmes fidèles qu’à la caverne du Plan de l’yeuse, un mois plus tôt, le 12 février, ou qu’à celle du dimanche 2 avril, encore chez Anne Vabre. Car rien n’arrête le zèle religieux de ces nouveaux convertis. Rien ne les découragent, ni la nécessité de descendre par une échelle dans la grotte pour écouter Rouvière ou Courteiz, ni la délation, ni même la menace d’un séjour à la citadelle de Béziers.

Et, quelques jours plus tard, sept faugerols sont conduits dans les prisons de Saint Nazaire. Il y a là Jeanne Bonnafous, la veuve de David Roques, âgée de 45 ans. Elle a été vue donner à d’autres coreligionnaires des livres de la Religion Prétendue Réformée qui lui étaient passés par des gens de Montpellier, elle a aussi été aperçue le jour de Pâques dans sa maison, « lisant un grand livre entourée d’une vingtaine de personnes », il lui est également fait reproche d’exhorter les malades de la religion, de rassembler des gens dans sa maison le dimanche, à l’heure du culte. Et les mémoires particuliers la présente comme « une mauvaise femme ». Il y a là Anne Vabre pliée sous ses 85 ans, la marchande de gâteaux secs… Aaron Salomon et Marie Castan sa femme, âgée de 40 ans que nous avons rencontrée chez Anne Vabre et qui est décrite comme « une rebelle professionnelle, une insolente œuvrant à la place de celles que la vieillesse rend impotentes ». Il y a aussi Catherine Boude, veuve d’Antoine Rouquier, âgée de 75 ans, coupable d’avoir chanté des psaumes, dans sa maison, le jeudi saint et le jour de Pâques. Il y a Isabeau Planques, 50 ans, femme de Jacques Teissonnier, l’une des « plus actives et des plus entêtées des coreligionnaires ». Un mois plus tôt, elle revenait du Plan de l’yeuse, au point du jour. Il y a, enfin, Théophile Roques, coupable d’avoir exprimé ouvertement sa joie, devant un témoin, au moment du récent départ des dragons, menaçant « de saigner les anciens catholiques comme des cochons si le temple n’était pas bientôt reconstruit ». Sans doute, le curé de Faugères, Léotard, devait bien connaître ce tapageur huguenot, car il intercéda en sa faveur, auprès du Duc de Roquelaure, en ces termes : « Théophile Roques est un pauvre homme que son peu de savoir rend incapable d’entrer, en aucune façon, en contravention avec les ordres royaux… ce sera faire grâce et charité et aussi justice que de le laisser libre ». Mais ce curé était surtout un brave homme qui ne manqua pas d’intercéder aussi en faveur de Aaron Salomon e de sa femme, tous les deux emprisonnés et dont « les enfants très jeunes étaient pendant ce temps dans une très grande misère ».

Et le 11 juin 1719, la sentence dans cette affaire est rendue par Louis de Bernage qui ordonne :
- La maison d’Anne Vabre sera rasée et démolie jusqu’aux fondations
- La caverne du Plan de l’yeuse sera comblée ; avec interdiction de faire reconstruire la dite maison et rouvrir la caverne. Les matériaux de la maison seront la propriété de la compagnie du Régiment royal du Roussillon
- Les nouveaux convertis de Faugères paieront 559 livres d’amende

Il est probable que les prisonniers ont retrouvé Faugères et leurs familles après quelques mois de prison. Mais, je vous laisse deviner le désarroi de cette femme de 85 ans qui avait tout perdu, y compris sa maison.
Claude Caumette
(D’après une allocution de Jean Salvaing)



© Tous droits réservés - 2013 - "Lo Sauta Ròcs"